17 septembre 2012

LUNDI 17 SEPTEMBRE 22h30

C'est l'heure d'un repos bien mérité, je suis euphorique. Pour la première fois je me sens moins seule. Mais comment communiquer avec elle?
Résolutions du jour : 1 - trouver cette fille, j'ai deux indices de taille sur son physique, mdr / 2 - trouver une solution pour mon cahier d'écriture, je dois recopier son contenu pour être sûre de ne rien perdre et mettre mon blog en ligne. Mais sans ordinateur que faire?

Posté par sarah_ugly_fat à 22:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


LUNDI 17 SEPTEMBRE 18h30 : LE BLOG EST MORT, VIVE LE BLOG

A nouveau le destin s'en mêle comme si ce cahier était défendu par un ange gardien.

Lors de la pause de l'après-midi avant le dernier cours, les deux pestes me regardaient de loin et me déshabillaient du regard. Je rougissais de honte, tous mes tics-tocs revenaient en trombe, et je faisais semblant de ne pas les voir me dévisager. Puis le beau garçon les a rejointes puis a embrassé sa copine qui m'a montrée du doigt. Je me suis retournée face à une porte vitrée de manière à ce qu'elle ne commente que mon gros cul. Et pas ma tronche.

Mais je voyais leurs reflets dans la porte vitrée. Et une des pestes lui montrait quelque chose tout en me désignant du doigt au loin. Il s'est mis à rire, les pestes également.

Le gong de la sonnerie a mis fin à ce supplice. J'allais oublier cet événement peu reluisant quand j'ai aperçu toujours dans la porte vitrée qu'une des pestes chiffonnait quelque chose dans sa main puis jetait ce quelque chose dans la poubelle.

Pendant le dernier cours, ce quelque chose me travaillait le cerveau. Évidemment la prof d'anglais a décidé de m'interroger à ce moment-là et a pu souligner devant toute la classe hilare mon manque de concentration. Elle a sorti un truc en anglais à mon propos, que tout le monde semblait comprendre sauf moi. Tout ce que j'ai compris c'est « chicken ». Elle a dû sous-entendre que j'avais le cerveau d'une poule sans parler de la forme d'une poule. Rien de grave, une humiliation de plus. Mon voisin attitré m'a regardé avec compassion, non autant dire de la pitié. Et un tel sentiment de la part d'un type qui est au bas de l'échelle comme moi c'est encore plus humiliant.

Passé ce moment désagréable, j'ai décidé d'aller au bout de ma petite idée. Certains m'ont gentiment ou méchamment traité de « chicken-chicken » en sortant. Et me voilà à faire les poubelles quelques minutes plus tard. Hors de question que je ne sache pas ce que cette peste a jeté à la poubelle. Évidemment je me suis fait prendre par un élève qui n'était pas de ma classe (ouf) et qui m'a regardée comme une pouilleuse. Pas suffisant pour me décourager : des canettes de coca, un vieux sandwich gras, une anti-sèche de maths, et un papier tout chiffonné... Bingo, c'était bien le « mot doux » qui s'est retrouvé dans mon cahier.

Je l'ai lu une fois et mon cœur a failli faire une attaque... J'ai été lue... D'émotion je suis allée m'asseoir sur l'escalier de la sortie, seule dans ce bâtiment affreux. Et je retranscris ici le contenu du message
« Je t'ai lue, tu m'as réconfortée, n'abandonne pas. Je fais partie du même club, grosse et moche comme toi ».

Après plusieurs lectures, je me suis mise à chialer version torrent des montagnes. Vexée? Non rassurée, encouragée, galvanisée. Non je ne suis pas seule, une fille quelque part est aussi grosse et aussi moche que moi.

Posté par sarah_ugly_fat à 18:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LUNDI 17 SEPTEMBRE 13h30 : ADIEU BLOG

Ben voilà le destin a choisi. Je me disais ce matin en arrivant que c'était la dernière chance de retrouver mon cahier de notes. Et je repensais à tout ce que j'avais gratté sur un brouillon ce week-end. Une vraie furie de l'écriture. Et je pense que ça comble ma solitude. Ce cahier me manque en fait, j'aurais voulu relire les premiers jours.

Lors du dernier cour de la matinée, ma professeur de Français m'a dit que j'étais convoquée au secrétariat du Principal. Tiens qu'est-ce que j'ai fait cette fois!

J'étais un peu stressée, la secrétaire m'a demandé qui j'étais, et n'a pas compris pourquoi j'étais convoquée et m'a demandé de repasser plus tard quand son autre collègue serait là. J'allais repartir quand j'ai vu sur un coin de son bureau mon cahier!! Et je ne voulais surtout pas qu'elle le lise... elle me prendrait pour une folle.

Alors j'ai renversé mon sac par terre, je lui ai dit que j'étais vraiment maladroite, elle est venue m'aider, j'en ai profité pour récupérer mon cahier à son insu. Et là malheureusement elle s'est rappelé...:
- Oui je me souviens maintenant, quelqu'un a retrouvé un de vos cahiers, c'est ma collègue qui me l'a dit, il est là sur le bureau...Ben tiens il a disparu. Vous l'avez pris?
- Hein quoi? Non non...

Comment se mettre dans une situation compliquée alors que tout était simple? Je me suis mise à bouillir de panique. Et puis elle a désamorcé la bombe :
- Bon ma collègue a dû le reprendre, repassez plus tard
- C'est pas grave vous inquiétez pas, ça valait rien, j'avais qu'un seul cours dedans...

Et voilà, mon cahier me manquait...je l'ai serré contre moi bêtement. C'est un double de moi-même et c'est la seule compagnie dans ma vie. Je l'ai feuilleté dans les couloirs à la vue de tous et là, les deux pestes passent et une m'arrache le cahier. Pas possible qu'il tombe entre de si mauvaises mains!!!! La voleuse tourne les pages et déblatère :
- Mais t'as vu ce qu'elle se trimballe la Nouvelle, on dirait un journal intime
- C'est vraiment un truc de gamine. Tu crois qu'elle parle de nous?
- Elle doit sûrement louer notre incroyable beauté
- Et surtout notre style comparé au sien
- C'est vrai qu'on doit l'impressionner
- C'est chiant, elle note tout, quand elle va aux toilettes ou quand elle se goinfre
- C'est sûr que sa vie doit être passionnante!
- Oh regarde elle a un petit mot doux, un fan sûrement...

A ce moment là j'ai réussi à leur reprendre le cahier des mains mais pas le mot dans le cahier. Une personne qui l'aurait retrouvé?
J'ai sauvé le principal, mais qu'est ce que cet inconnu peut dire, surtout s'il m'a lue?

Elles ont ri et se sont mises à courir dehors. Je n'allais pas leur courir après comme une idiote. Mais je reste inquiète sur ce mot.

Je m'étais dit que si je ne retrouvais pas ce cahier, j'arrêtais ce blog ridicule. Mais je ne m'étais pas dit que si je le retrouvais, je m'engageais à le continuer! Et ce qu'elles m'ont balancé m'ont découragée. J'ai honte de ce truc. Je vais le brûler ce soir c'est décidé.

Posté par sarah_ugly_fat à 13:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]