18 septembre 2012

MARDI 18 SEPTEMBRE 22h : AMBIANCE...

Quelque chose de louche est en train de se préparer chez les deux pestes. Je ne sais pas où elles veulent en venir, mais il y a un truc.

Le pire moment de la semaine, c'est le cours de sport du mardi après-midi. Je déteste ça, je vomis sur l'esprit de compétition et tout ce que ça génère : chauvinisme, sauvageries, engueulades, méchanceté... C'est le moment où je me sens la plus vulnérable : d'abord je suis ronde, empâtée dans ma graisse, molle, et mon survêt (acheté ce week-end à la va-vite chez Décathlon, premier prix made in Sri-Lanka, de toute façon l'ancien ne m'allait plus il avait rétréci ou bien...), souligne mes formes, mes bourrelets. A cette occasion, je me transforme en cible de fléchette: si la baballe n'atterrit pas au bon endroit c'est de ma faute, si la prof est de mauvaise humeur c'est de ma faute, si une tache a une mauvaise note ce matin c'est de ma faute. Un vrai punching-ball à disposition, c'est ma fragilité qui attire : soit elle énerve les forts, soit elle est une occasion facile pour les faibles d'avoir l'air un peu plus forts. Je suis très utile pour les revaloriser. Et ça se déchaine, et je ravale ma fierté. Mais ça bout intérieurement et la cocotte siffle. Je ne veux pas recommencer les erreurs du passé, mais je n'en suis pas loin. Carrie au bal du diable!!!

A la fin de ce calvaire animalier, le zoo retourne au vestiaire remettre ses habits humains. Et là les pestes chuchotent avec d'autres filles et me regardent. Je suis au centre d'un buzz... et j'entends des « fais attention », « si elle te regarde t'es bonne pour la casserole », « moi je me sens nue c'est la première fois que ça m'arrive ». Mais qu'est ce qu'elles mijotent...

Résolutions du jour :
1- trouver un moyen de sécher le sport
2- décrypter ce qui se trame chez les pestes A&A

Du côté de l'ordinateur, j'ai entendu que le Vieux tapait dans son bureau. Ca m'étonnerait que ce soit une machine à écrire, derrière cette porte se tient peut-être un moyen de sauver mon blog! Restera à trouver ensuite une connexion internet quelque part.

A l'école, il y a bien une salle, mais devant les embouteillages de l'année dernière, l'accès a été restreint, c'est écrit sur la porte et les ordi ne sont accessibles que pour le travail, un pion fait le mouchard en accédant au hasard à chaque écran depuis sa tour. Une surveillance à la big brother!

La Vieille ne m'adresse plus la parole et en veut fortement à son mari. Il a l'air d'aimer ça. J'ai l'impression qu'il a trouvé avec moi le moyen de la faire enrager, pour ne pas dire, la faire iech! Sympa d'être au milieu de ça! Un outil à vengeance! Je suis sûre que la Vieille va trouver un moyen de m'utiliser contre lui.

Si la mère Rondin savait tout ça, elle me laisserait pas forcément ici. Mais je suis prête à tout pour ne pas y retourner. Ici je ne crains rien, enfin je pense.

Mais c'est l'austérité monacale : lève-tôt, couche-tôt, communication au minimum, repas à heure fixe, une seule télévision, pas d'ambiance. C'est la survie.
En revanche, côté mystère on est garni : secrets cachés dans le passé, squelettes dans les pièces fermées à double tour, que fait-il dans la vie, que fait-elle, comment ont-ils pu devenir famille d'accueil, à qui appartient la pièce sanctuaire de l'autre jour... Bref tout ça va m'occuper pas mal de temps. Ça tombe bien je n'ai que ça à faire.

Bizarrement ce mot-doux dans mon cahier, m'a redonné un nouveau souffle. J'ai envie de croire à une vie meilleure, un jour peut-être. Les jeunes du palier ont l'air tellement heureux, moi aussi je serai un jour comme eux... si j'arrive à passer toutes ces années de plomb.

Ce qui lie le Vieux et la Vieille c'est la haine envers les jeunes du palier : « idiots, immatures, bruyants, subventionnés par les parents, végètent dans leur merde », voilà ce que j'ai déjà entendu. Ce sont les seuls moments où je vois les Vieux ressentir une émotion forte et s'accorder. Sinon ils me font penser à des zombies qui subissent la vie.

Posté par sarah_ugly_fat à 22:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]


MARDI 18 SEPTEMBRE 13h15 : TRAQUE

Je suis en alerte, je regarde tout le monde, toutes les filles, surtout les rondes. Après moche ou belle, je ne sais pas, c'est plus difficile. Je les trouve toutes belles par rapport à moi, c'est relatif... pourtant étant moche, je devrais être une spécialiste de la mocheté. Mais comme je ne suis pas belle, je n'y connais rien en beauté. Et du coup je ne sais pas où s'arrête la beauté et du coup où commence précisément la mocheté. La mocheté très moche ça je sais où ça commence, par moi!

Du coup je scrute, parfois de manière indiscrète tout ce que je croise. Tout en vérifiant sans arrêt si mon cahier est bien toujours dans mon sac. J'ai peur de l'avoir sur moi à l'école, peur de le laisser à la maison aux mains de la Vieille. Bref il n'y a pas de solution!

Je me suis fait prendre en flagrant délit de matage de grosses par les Pestes et leur Prince. Et ça commente dans mon dos...

Au fait je sais enfin comment s'appellent les deux Pestes! D'habitude les profs font circuler un papier de présence, mais un a décidé de faire de la résistance face aux fausses signatures, et il a décidé de faire l'appel à l'oral. Et je me retournais sur tous les noms de fille appelés, dur de tout repérer. Mais j'ai pu choper le « présent » de Alyssa (Peste n°1, la chef, le cerveau, la machiavélique) et en déduire le « présent » de Ashley (peste n°2, la suiveuse, la méchante gratuite). Des prénoms pareils ça ne s'invente pas. Et le pire c'est le nom de famille de Ashley, c'est Victor, Ashley Victor. Énorme clin d'œil à un feuilleton bien connu...

Bizarrement quand je me suis retournée sur Alyssa, Ashley m'a fait un bisou langoureux des lèvres. Berk, qu'est ce que ça veut dire? Ça a fait rire Alyssa. Ouh je les hais!

Posté par sarah_ugly_fat à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]