29 novembre 2015

DIMANCHE 29 NOVEMBRE 2015 20H55 : LA MINUTE DE SILENCE (1/2)

Ça m'a démangé de raconter ça le jour même. Mais personne n'avait envie de rire ce jour-là. Ni moi, ni vous.

Pourtant certains n'ont pas perdu le sens de la célébrité ce jour-là.

C'était le lundi 16 novembre en fin de matinée. À la Sorbonne, tous les cours ont été annulés, et les étudiants réquisitionnés. Je pense que vous devez vous souvenir pourquoi.

Il a fallu montrer patte blanche, être fouillée, passer sous puis sur une pelle à tarte géante. Avant d'être organisés en longue file puis en boucle...

On ne savait pas trop ce qu'on voulait faire de nous, on annonçait la maire de Paris... puis un ministre... puis le 1er. Puis des caméras perchées sont arrivées... Puis la rumeur a commencé a bruisser que devant moi à 3 mètres devait venir se recueillir le Président Hollande !!! Devant toutes les chaînes de télé du monde entier.

Sauf que j'étais au 1er rang, mal coiffée, mal habillée, toute cernée par des nuits d'insomnie. Et pourtant la France entière, non le Monde entier, allait se recueillir devant ma tronche mal famée !!! De quoi lui donner encore plus envie de pleurer !!!

« C'est bizarre, t'es toute rouge ! T'as des taches partout ! » a fini par me dire une fille qui était juste derrière moi.

Ben oui quand je stresse, j'ai des plaques. J'ai pas relevé.

« T'es en train de faire un malaise ? » Ben non pourtant... j'étais prête à pleurer avec la France et devant des millions de gens.

Pipi. Oui pipi. Comme à chaque fois qu'il se passe quelque chose qui me dépasse... Mais je me suis dit qu'elle pourrait attendre cette fainéante de vessie !!! Pour une fois.

Pourtant d'autres n'étaient pas prêts à attendre...

Posté par sarah_ugly_fat à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 novembre 2015

SAMEDI 28 NOVEMBRE 2015 18H15 : ET LA 5ÈME RÈSOLUTION ?

J'ai pleuré, comme une madeleine imbibée de coca, devant un téléfilm de Noël cet après-midi. Je n'ai pas pu m'en empêcher... Et tous mes colocataires se sont généreusement moqués de mon extrême sensibilité... en m'accusant de sensiblerie !!! Ben oui ce n'est pas la même chose... Bon, je suis la seule à connaître ce terme !!! Mais c'était bien le sens des critiques...

Toute cette émotion larmoyante lâchée sauvagement après plusieurs semaines de réserve, ça m'a convaincue de ranger mon silence national endeuillé au placard. Non mais ! J'avais des scrupules... je l'avoue. Comment raconter sa petite histoire alors que la Grande se déroule en direct devant nos yeux ?

C'est vrai, je suis restée hypnotisée par toutes ces personnes disparues, leurs portraits, leurs familles. Paralysée par ces images poignantes et jamais vues, à seulement 3 km de chez moi.

Je cherche à décrypter ce que dit mon cœur. Ce n'est pas la peur qui l'emporte, non, ni la colère... mais l'incompréhension. Parfois j'aimerais être dans la tête du tueur... des tueurs. J'entends dire ici et là qu'ils sont fous... Je n'en suis pas sûre... Est-ce qu'ils n'ont pas eu la bêtise de penser qu'ils faisaient un truc juste ou au moins un truc grand ? Pour le coup, dans le genre énorme qu'on ne pourra jamais oublier, ils ont réussi leur coup.

Au détour d'un jogging partagé avec David, le destin nous a emmenés sur les lieux du drame. Tant d'autres personnes cherchent en vain sur place un sens... Nous aussi.

J'ai tant de retard sur le récit de ma vie désormais. Il y a eu des hauts, des bas, des blancs. Mais ces événements qui nous ont un peu tous ébranlés ont accéléré le rythme de la vie en réveillant des graines depuis longtemps semées et profondément enfouies.
Je me suis arrêtée à ma 4ème résolution il y a quelques semaines... Il y en a eu d'autres depuis. Elles ne demandent plus qu'à se transformer en post !

Mes épreuves de rattrapage de fin septembre du rattrapage de début juillet ont eu lieu dans la douleur. C'est passé mais tout juste... et j'ai été prise d'une énorme angoisse, celle de me retrouver dans un vide absolu de direction. J'ai pris conscience qu'il fallait que je travaille un peu plus pour être plus sereine. Certes cette direction littéraire n'a pas grand sens pour moi pour le moment, mais elle comble un angoissant vide en attendant de trouver mieux. J'ai donc pris la résolution de mieux m'organiser. J'ai même rêvé du Proviseur de mon ancien lycée qui m'enguirlandait dans un songe tordu avant de m'envoyer au coin devant une bande d'enfants de 5 ans !

Je pense être revenue sur des rails après une année très chaotique. Je réalise à quel point Rémy m'a bouffé la vie. Mais le mal est exorcisé, complètement. Je suis beaucoup plus légère (au sens figuré seulement ! Bouh je l'ai déjà faite celle-là). Mais une fois cette étape dépassée, la nature humaine nous pousse à en désirer et en dépasser d'autres. Et le chantier de ma vie me semble un peu décourageant : je suis en bas sur un terrain vague pourri et je dois construire un gratte-ciel. Ce gratte-ciel est truffé de contradictions entre ambition et résignation.

Toute cette violence et tous ces morts ne font que confirmer que la vie peut se révéler courte et qu'il ne faut pas oublier de vivre sa vie même si la rêver est très, trop confortable.

C'est peut-être la 5ème résolution de cette rentrée qui est déjà bien entamée : « La vie des autres d'envier tu arrêteras, et la tienne tu vivras ! »

Allez au boulot !

Posté par sarah_ugly_fat à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2015

SAMEDI 14 NOVEMBRE 2015 0h15

Mes chers blogués...

Tout va bien, et ils sont tous là avec moi devant la TV. Ash, David, Cristal, Tina et Fatima. Ils sont tous là sains et saufs. Nous attendions avec impatience la finale de Secret Story 9... Plus aucun intérêt.

La tristesse et l'effroi s'emparent de nous.

Posté par sarah_ugly_fat à 00:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]