29 mars 2015

DIMANCHE 29 MARS 2015 22H15 : RECHERCHE ASH DÉSESPÉRÉMENT ! (1/3)

Je crois que j'ai déjà écrit un titre comme ça... sauf que c'était une autre personne ! En résumé je passe mon temps à chercher les autres, quoi !

Comme je ne savais plus quoi faire pour parler à Ash, je me suis décidée à faire le pied de grue à la sortie du lycée vendredi dernier, le même jour que mon escapade inutile à Saint-Ouen. En vain ! Vers 17h30, je me suis résolue à aller parler avec Cécile, la fameuse secrétaire du Proviseur qui sait tout sur tout le monde.

- CÉCILE : Oh Sarah... mais c'est un miracle...
- MOI : Ah ? Mais qu'est-ce qui se passe ?
- CÉCILE : On t'a laissée rentrer ? Mon fils de 10 ans, on lui a refusé l'accès l'autre jour car il n'est pas lycéen ici...
- MOI : Je suis rentrée comme dans un moulin, moi... comme d'habitude.
- CÉCILE : Avec Vigipirate, c'est plus possible, normalement. Mais bon, toi tu fais partie de l'histoire de ce lycée, alors le gardien a dû te laisser passer. Le Proviseur te ferait « lycéenne d'honneur » s'il pouvait, il n'arrête pas de te citer en exemple à tous les élèves récalcitrants. « Grâce à moi, grâce au soutien du corps professoral et de toute l'équipe pédagogique »... Tu vois le genre...

C'est gonflé, si j'ai eu ma mention, c'est surtout grâce à moi et ça personne ne me l'enlèvera. C'est sûrement pas grâce au CPE par exemple. Mais, bon, je ne suis pas venue pour soigner mon égo.

- CÉCILE : Quel bon vent t'amène ma bonne Sarah ?
- MOI : Je cherche Ashley Victor, je l'ai pas vue sortir aujourd'hui alors qu'il me semble qu'elle a cours le vendredi après-midi jusqu'à 17h...
- CÉCILE : Attends, je vérifie... Ah, oui quand même, faut que j'appelle sa mère, elle est pas venue de la semaine !!!

Voilà de quoi m'inquiéter. Très sérieusement. Serait-elle en train d'abandonner le lycée ???

Je me suis alors dit que la première personne qui pourrait m'aider pour retrouver l'absente serait peut-être David... Après 2 ou 3 mois de vie en communauté, de mascarade et complot communs (faux couple pour me faire bisquer !), ils ont dû garder des liens, ces deux-là...

Mais tout devient compliqué sans ses contacts...

Ben oui, je vous rappelle que je n'ai pas récupéré mon téléphone... Enfin, si, je l'ai, mais il est en mille morceaux et sans carte sim à l'intérieur ! Plus rien, nada ! (cf post du MERCREDI 4 MARS 2015 21H05 : LES POUBELLES !)

J'ai quand même racheté un petit téléphone, le moins cher possible, fin janvier. Sauf que j'ai perdu tous mes contacts. J'ai quand même réussi à retrouver le 06 de Ash : elle l'avait laissé sur un post-it collé au frigo, je ne sais pas trop pourquoi !!! Sûrement pour ne pas oublier son propre numéro. Mais ça ne m'a servi à rien, ce 06, cf post précédent ! Elle ne répond pas.

Malheureusement, je n'ai rien d'autre en tête. Rien ne m'est revenu. Et puis une littéraire comme moi avec les chiffres... ça ne fait pas bon ménage.

Face à ce trou noir et cet annuaire vide, je suis condamnée à retrouver les gens en face à face si je veux leur parler. Comment faisait-on sans téléphone ??? Hein ? Vous savez, vous ?

Alors je me suis mise en quête de mon ex-ami David (non pas petit-ami, merci)...

Retour chez son père et sa sorcière de nouvelle compagne samedi 21 mars... Eux n'ont pas changé d'adresse !

Avec un accueil au top !!! Vraiment...

- SORCIÈRE : Oh mais je te reconnais toi ! T'as maigri non ? Tant mieux pour toi, j'osais pas te le dire, hein... Mais bon si tu cherches David, il est pas là...
- MOI : Il rentre quand ?
- SORCIÈRE : Mais jamais pardi ! Il ne vit pas ici...
- MOI : Il est jamais revenu vivre ici ?
- SORCIÈRE : Depuis son départ ? Non... Hors de question ! Il faut qu'il laisse son père tranquille. Ça lui fait trop de mal... Hein, il peut pas vivre comme ça dans le passé. Son père lui fait un virement chaque mois, c'est déjà trop. Avec tout ce qu'il a eu de sa mère en héritage... Hein !
- MOI : Et il habite où maintenant ?
- SORCIÈRE : Ben chez des amis, je crois, mais je me mêle pas de ça moi ! Chacun vit sa vie !
- MOI : Vous avez pas une adresse ?
- SORCIÈRE : Ben il vivait pas chez toi à un moment ? Je croyais même que vous étiez ensemble ? Les maigres ça finit toujours avec des... Enfin bref je me comprends.

Après cet échange lumineux plein de bonnes ondes, j'étais revenue à la case départ... Quand je vous promets un parcours du combattant, je n'exagère pas, mes blogués.

Posté par sarah_ugly_fat à 22:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]


28 mars 2015

SAMEDI 28 MARS 2015 17H35 : ONLINE !

Ça y est, je suis reconnectée sur le monde. Ça n'a pas été une mince affaire...

J'ai passé mon temps au McDo pour avoir un tant soit peu d'Internet... Mais comme les odeurs de gras ont tendance à me faire grossir sans rien manger, je ne me suis pas non plus éternisée...

Et en plus, j'en avais besoin pour d'autres usages que vous découvrirez bientôt... car oui, je commence à avoir du retard sur ma réalité !

Je dois vous raconter mon entretien de février au « Mondaro », ce qui s'est passé ou pas...

Et puis ma gentille relation avec l'horrible Rémy ne s'est pas arrêtée en si bon chemin depuis la confrontation du jour de l'an... En attendant je collectionne les frissons à chaque rencontre ou indice douteux.

Mais avant tout, je dois quand même vous décrire l'incroyable chemin qui m'a conduite à Ash, à la recherche de SON mot de passe pour avoir accès à l'espace client de MA propre ligne de téléphone...

En effet, dès la coupure de ma ligne, j'ai appelé le service client, mais je dois avouer que je comprenais pas très bien ce qu'on me disait. Non, la fille ne parlait pas de technique incompréhensible, c'était plutôt son accent ensoleillé qui m'a déboussolée... Un mélange d'accent du sud de la France et du nord de l'Afrique, je n'ai rien compris ! Mis à part qu'elle ne pouvait pas faire grand chose sans l'identifiant client qui est lisible dans les factures qui sont dans l'espace client...

Ah si, j'ai quand même compris que la ligne n'était plus à mon nom mais à celui de Ash !

J'ai demandé plusieurs fois à l'opératrice de répéter son charabia, elle a fini par s'énerver et me demander si j'étais pas un peu raciste... Moi raciste ??? Moi la meilleure copine des Segros, groupe communautaire constitué d'une black et une beurette ? Non mais ! Peste-o-phobe, ça oui je veux bien !

Elle a fini par me raccrocher au nez après un bruit d'explosion. Une vraie explosion ??? Je me demande bien dans quel pays elle était, cette pauvre opératrice... C'est sûr que, si elle vit sous les bombes, mes petits soucis de suspension de ligne doivent être le cadet de ses soucis !

Je me suis fait limite engueuler et en bonus je me suis même sentie coupable !!!

Bref, tout ça pour dire que je me suis retrouvée désemparée, avec comme unique solution pérenne, de retrouver coûte que coûte mon amie fuyante, Ash !

Après moult sms et appels redirigés sur une messagerie, je me suis résolue à me rendre chez elle..., enfin chez sa mère.

C'était le vendredi 20 mars, je crois, oui ! Je me suis pointée vers 15h30 à St-Ouen dans l'immeuble que je connaissais (cf mon année de 1ère à la chasse au bracelet!)... Et sa mère était bien là, fidèle à sa loge du rez-de-chaussée !

« Oh Sarah ! Alors ça c'est une surprise... Je pleure pour voir ma fille, et c'est toi que je récupère ! »... Hum...

On a vite été interrompues par une vieille dame agressive qui tambourinait à la porte :
- VIEILLE DAME : Oui, Jeanine, je venais vous signaler qu'il y a un rat crevé dans la cour, c'est dégueulasse, vous avez pas fait le ménage ce matin ?
- MAMAN DE ASH : Madame Clampin, ben si j'ai fait le ménage,...
- VIEILLE DAME : Il est là le rat ! Je veux qu'il soit nettoyé quand je serai revenue de courses...
- MAMAN DE ASH : Bien sûr Madame Clampin...

Une fois la vieille renfrognée partie, la maman de Ash a poussé un gros soupir de lassitude...

« Le pire c'est que je déteste tous ces rongeurs, j'en ai une peur bleue... Je me revois encore il y a 3 ans en train de faire la leçon à ma concierge... Quel camouflet ! En plus, je m'appelle pas Jeanine mais Jeanne. C'est très humiliant tout ça... Mais dis donc, toi, t'as peur de rien. Tu veux pas m'aider ??? »

Coup de destin, elle m'a donné des gants Roses pour attraper le rat... Je ne pouvais pas refuser ! Pourtant c'est vraiment infect un rat mort.

Berk ! Tout ça pour qu'elle me réponde qu'elle n'avait pas de nouvelles de sa fille depuis fin janvier...

« Elle est revenue trois ou quatre semaines environ en m'affirmant qu'elle avait besoin de sa maman, puis elle m'en a fait voir de toutes les couleurs... et puis elle est repartie comme ça, du jour au lendemain, en me disant que ses amis lui manquaient trop. Vous vous êtes disputées récemment ou quoi ? »

Heu comment se sortir de ça... ? Je ne voulais pas l'inquiéter, j'imagine ce qu'une mère doit ressentir quand elle apprend que sa fille a disparu... depuis deux mois !!!

Alors je n'ai rien dit ou presque...

- MOI : Oui oui on s'est disputées...
- MAMAN DE ASH : Ah ça me rassure ! Pfff, aussitôt brouillées, aussitôt réconciliées ! À votre âge, tout est tellement facile...

Je comprends que sa vie soit devenue très difficile depuis qu'elle a changé de classe sociale... Mais la mienne n'est pas si facile qu'elle le croit !

- MAMAN DE ASH : Tu lui diras de me donner de ses nouvelles... Et aussi que son compte en banque est vide et que le banquier s'énerve... J'en ai marre de renflouer, d'ailleurs je ne peux plus. Un salaire de gardienne, c'est loin d'un salaire de patron...
- MOI : Ah elle a des problèmes de sous ?
- MAMAN DE ASH : Qui n'en a pas de nos jours ?

Même si j'ai fait chou-blanc ce jour-là, je suis revenue avec un mince espoir : celui que Ash n'ait pas fait exprès de résilier ou suspendre ma ligne...

Je ne me suis pas laissée abattre... Je n'imaginais pas le parcours du combattant qui m'attendait.

Posté par sarah_ugly_fat à 17:35 - Commentaires [1] - Permalien [#]

17 mars 2015

MARDI 17 MARS 2015 21H05 : OFFLINE !

" Veuillez nous excuser pour cette interruption indépendante de notre volonté et momentanée de la plume.
Nous travaillons sans relâche à son rétablissement !"

Certains diront " aussitôt revenue, aussitôt repartie " !

Non, du tout, pas cette fois !

Mais j'ai un petit problème de logistique qui a son importance... Je n'ai plus d'internet à la maison. J'ai complètement oublié que c'était Ash qui avait pris l'abonnement à son arrivée... Et comme elle est déjà repartie... On m'a coupé la ligne !

J'ai tenté de joindre Ash pour faire le transfert à mon nom et sur mon compte, mais elle ne répond pas... Grrrr... Elle a dû résilier sans m'en parler !!! Ça en dit long.

À une époque lointaine, je pompais le wifi de mes voisins colocataires avec leur assentiment ! Mais vu l'ambiance, c'est pas possible d'aller quémander chez eux leur nouveau code depuis qu'ils ont changé d'abonnement.

D'autres diront " il y a du wifi gratuit partout ". Alors oui il y a le wifi du bar d'à côté... Je vous écris de là-bas.

Mais c'est déjà l'heure de la fermeture, et la matriarche Rinaldi me regarde d'un drôle d'air... Et je l'entends baver au loin : " C'est elle qu'est en train de télécharger, je suis sûre, regarde la box, elle arrête pas de clignoter! "

Et là elle s'apprête à débrancher la prise...

 

Posté par sarah_ugly_fat à 21:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

12 mars 2015

JEUDI 12 MARS 2015 18H15 : MON CV (2/2)

Pire... le type du Mondaro a fini par m'appeler. J'ai honte ! Tout me tombe tout cuit dans le bec et je ne suis même pas contente... Il faut dire que je le sentais pas trop...

Je me suis retrouvée à un entretien d'embauche... à 18 ans ! C'est pas normal de nos jours, si ?

J'en étais malade ! Je savais pas trop quoi préparer. Je me suis dit qu'il fallait que j'écrive mon premier CV... Et que je remplisse une page... Non ?

Sarah Nicolas, 18 ans déjà
Célibataire à vie

FORMATION
École maternelle : des prédispositions pour l'inattention
École primaire : des retards à l'allumage
Collège : moyenne, sans plus, de quoi ne pas attirer l'attention
Lycée : perfectionnement en mochitude et grossitude, mention très bien dans une pochette surprise

EXPÉRIENCE PROFESSIONNELLE
- CAMPING DE ST-RAPHAEL (2 mois en 2013)
Animatrice au Club « petits morveux déchaînés »
- KFC (4 mois en 2013-2014)
Agent polyvalent, spécialisation en « toilettes boucher » et en machisme
- RESTAURANT « FRENCH TOUCH » à NYC
Plonge...

DIVERS
Permis TV, 11000h par an de vol en HD, en TNT, et en télé-réalité
Blog (2 fans dans toute la France entière mais que j'adore)
New-York (maîtrise des 200 rues de Manhattan)

Avec ça... je suis bonne pour devenir patronne du CAC 40 ! Non mais franchement...

Et puis ensuite, comment s'habiller... avec mes guenilles semi gothiques ???

J'ai un chemisier blanc, mais il est tout jaune sous les bras, j'arrive pas à faire partir le tâches !!! Je me suis quand même décidée à le porter, c'était le « moins pire » de ma garde-robe ! J'ai mis trois tonnes déo Narta afin d'empêcher les grandes eaux. Et j'ai mis un jean noir spécial mise en forme de mes formes !!!

Je ressemblais à une serveuse option boudin black & white... J'étais donc bien armée pour me confronter au vrai monde professionnel... et me ridiculiser sans aucun scrupule !!!

Posté par sarah_ugly_fat à 18:15 - Commentaires [2] - Permalien [#]

11 mars 2015

MERCREDI 11 MARS 2015 21H15 : MON CV (1/2)

Je dois maintenant vous raconter un peu ce que je deviens. Sans parler pour une fois d'amour déçu, d'amitié trahie, ni de mystère environnant. Non, du concret ! Moi moi moi !

Et le constat a été un peu sévère ces derniers mois !! Je crois qu'une de mes bloguées a raison : je suis nulle en actu, le journalisme n'est sûrement pas pour moi, et ma formation actuelle me mène un peu nulle part. Ce qui me rassure, c'est que les jeunes autour de moi ont l'air aussi paumés que moi, voire plus. Surtout en cette année post-bac ! Il y a plus de hasard et de défaut que de volonté ferme et décidée !

J'ai l'impression que ma génération veut s'amuser sans trop se poser de question ! La clé du bonheur étudiant ! Moi je m'en pose beaucoup trop... ceci explique cela.

Les partiels m'ont envoyé un message assez clair ! Qu'il faut tempérer un peu avec mon nouveau niveau d'exigence après cette incroyable mention tombée du ciel au bac !

Mais le destin est venu me chercher... Au Burger King de St-Lazare, je suis tombée sur Ursule... Vous vous souvenez ? Mon ancienne collègue du KFC... La seule sympa ! Mais surtout la seule fille dans un monde de machos ! Et elle osait leur tenir tête... Elle m'avait déjà contactée : cf post du DIMANCHE 6 AVRIL 2014 20H20 : LES MACHOS DU POULET VS LA REINE DE L'EVASION.

En tombant sur moi à la caisse, elle m'a embrassée comme du bon burger, m'a prise à part puis est repartie de plus belle : « T'es faite pour ce job, t'es hyper trop efficace ! T'es vachement organisée, concentrée, tout ça quoi... ! Bon je t'offre un double Whopper avec supplément Bacon... en plus de ton Steakhouse. Tu vois on a des supers avantages. »

Elle m'a vanté les mérites de l'enseigne qui « se développe grave dans la France entière» et le fait qu'elle allait devenir « coach-formatrice »... Ouahhhh, Ursule est la preuve qu'on peut réussir sans faire des études assommantes et inutiles !

Mais il faut regarder la vérité en face ! Si la restauration rapide me veut, moi je n'en veux pas. Enfin sur mon plateau et dans mon estomac seulement.

Le lendemain, tel un acharnement du destin, j'ai reçu un appel de mon ange gardien du lycée ! Mon Proviseur...

« Bon Sarah, j'aimerais savoir où vous en êtes... Parce que mon contact au Mondaro (bon j'ai changé le nom parce qu'on sait jamais hein !) attend toujours de vos nouvelles, je lui ai vanté vos mérites, votre palmarès historique au bac... Il est prêt à vous rencontrer et il cherche de la main d'oeuvre... »

Oh non... Mais pourquoi tout le monde veut-il écrire mon avenir à ma place ?

Posté par sarah_ugly_fat à 21:15 - Commentaires [1] - Permalien [#]


10 mars 2015

MARDI 10 MARS 2015 19H55 : LA FAMILLE RINALDI

Sans téléphone et surtout sans carte sim, difficile de nouer et renouer le contact ! Je n'ai aucun numéro de téléphone, et peu d'adresses mail rentrées dans ma messagerie. Ça creuse un peu l'isolement.

En périodes solitaires, subsiste une personne qui m'est toujours restée fidèle : Yunso ! Mais en janvier, je ne l'ai jamais croisée dans l'immeuble. Je me suis décidée un jour à aller frapper chez elle quitte à me retrouver nez à nez avec d'autres personnes que j'ai moins envie de voir. Évidemment c'est ce qui s'est produit ! C'est Marco qui m'a répondu, la pire pioche possible. C'est le type qui m'a fait culpabiliser pour la mort de la Mamie !

Hé bien, ce jour-là, lors de mon passage, il a été charmant. Accueil souriant, formules de politesse. De l'eau semble avoir coulé sous les ponts ! Il m'a tout de suite expliqué que Yunso était en stage à Milan pour plusieurs semaines. Une amie en moins !

Mais ce n'est pas ça le plus important. C'est l'attitude incohérente de Marco comme si j'avais raté un épisode : il m'a même demandé si j'allais bien ! Comme si de rien n'était...

L'attitude de son père à mon égard est aussi insondable : au bar, il est bienveillant à mon égard. Il me sert peut-être comme une cliente « normale » certes, mais si on tient compte de notre passif, il devrait me jeter dehors à coups de pied aux fesses !

Certains doivent se demander pourquoi je retourne fidèlement dans ce bar... Autant sauter à pieds joints en enfer !

Ben tout d'abord... c'est à côté de chez moi ! Et puis... j'adore leur chocolat chaud !

Plus sérieusement, il faut le faire pour s'acharner comme ça de ma part alors que la famille qui possède le bar me déteste... Au début j'y suis retournée sur la pointe des pieds...

Il faut dire que la guerre froide était déclarée depuis ma dernière visite en novembre 2014 : cf posts du SAMEDI 22 NOVEMBRE 2014 18H10 : LE MARC DU CHOCOLAT & DIMANCHE 23 NOVEMBRE 2014 12H45 : FÉROCITÉ.

Je crois qu'au fond de moi je ne voulais pas battre en retraite, laisser gagner l'horrible Matriarche Rinaldi... c'est une victoire du chocolat en somme !

Alors, oui, j'ai eu droit assez vite au regard méprisant au loin de la méchante mère de famille... Mais j'ai vite retrouvé mes marques dans mon petit QG et le père a vite pris l'habitude de s'occuper de moi au détriment de sa femme. Froid au début, il a retrouvé son naturel avec moi.

Mais j'ai quand même droit à un regard en plus, un œil de chien battu qui me parle avec tristesse.

Décidément, mes relations avec cette famille sont mouvementées, imprévisibles, incompréhensibles allant du pire au meilleur. Avec chacun des membres de cette famille, j'ai eu une histoire ! À commencer par Alyssa qui m'a agressée dès ma première entrée dans la classe de 1ère en septembre 2012.

À commencer par la Mamie qui me manque tant. Il y a un an nous vivions toutes les deux.

Posté par sarah_ugly_fat à 19:55 - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mars 2015

LUNDI 9 MARS 2015 12h05 : L'AUTRE INDISCRÉTION

J'ai beaucoup fréquenté le bar ces dernières semaines. Ne vous inquiétez pas, je ne deviens pas un pilier de comptoir !

Mais comme je le disais hier c'est mon contact quotidien avec le monde. Car, en effet, je me suis repliée sur moi-même en janvier. Et ce petit bar bien décoré, accueillant, très fréquenté et bien vivant est une bouffée d'air frais. Ça me permet de descendre de ma tour d'observation tout en restant toujours un peu à l'écart.

Rassurez-vous, je n'y bois jamais d'alcool. Mais j'essaie de passer à l'âge adulte de temps en temps en prenant du thé ou une tisane. Waouh, je m'encanaille !

Un jour où le bar fermait à 19h, j'ai oublié mon portefeuille à l'intérieur. Typiquement moi ! Je me souviens, c'était en février. J'y suis retournée vers 19h10, le rideau était à moitié baissé. Il n'y avait personne, alors je me suis faufilée et j'ai retrouvé mon portefeuille là où je l'avais laissé, comme une idiote, sur la banquette, à la portée de tous. Heureusement, j'ai rien à voler !

Dans l'arrière-salle, les parents de Marco et Alyssa, les propriétaires du bar, avaient une conversation un peu tendue et ne m'avaient sûrement pas entendue... J'ai tendu l'oreille discrètement tout en restant sur le pas de la porte...
- M. RINALDI : Elle la réclame tout le temps, elle veut voir qu'elle...
- MME RINALDI : Je sais où tu veux en venir. C'est niet, on va pas faire marche arrière.
- M. RINALDI : C'est inhumain !
- MME RINALDI : C'est le prix à payer pour notre sécurité, et tu le sais bien.
- M. RINALDI : J'en ai marre de cette mascarade.
- MME RINALDI : S'enticher comme ça à son âge, c'est n'importe quoi. Il faut la protéger d'elle-même.
- M. RINALDI : 40 ans de comédie, ça me fatigue aujourd'hui.

Puis ils se sont tus et j'ai pris la fuite avant qu'on me repère. 10 secondes plus tard, j'ai entendu le rideau de fer tomber complètement.

Je me demande bien de quoi ils parlaient. Mais cette discussion n'est pas à mon avis à mettre entre toutes les mains et oreilles.

Si je la mentionne ici, c'est que je m'en suis fait tout un film... Un film qui me plairait bien.

Malheureusement, les « happy endings » ne dépassent pas les frontières d'Hollywood.

Posté par sarah_ugly_fat à 12:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 mars 2015

DIMANCHE 8 MARS 2015 19H10 : L'INDISCRÉTION

C'est en plein milieu de mes partiels que le sujet « Rémy » est revenu indirectement sur le devant de la scène.

J'étais au bar du coin en train de siroter un chocolat chaud supplément chantilly, afin de me donner du cœur dans mes révisions tardives, voire déséspérées.

Il faut dire que mon foyer déserté me pousse à sortir de ma tanière : tout contact avec le monde, aussi distant soit-il, me fait du bien.

J'étais donc dans mon coin habituel, au fond de la salle, collée à la vitrine et cachée par un panneau publicitaire traditionnellement dédié aux spectacles parisiens.

Et évidemment j'ai le chic pour entendre des conversations indiscrètes sans qu'on me voie.

Un troupeau de filles s'est assis sur la terrasse. Un défilé de mode, toutes belles et bien habillées ! De quoi les mater avec une certaine envie. Mais j'ai été vite calmée quand j'ai vu Alyssa parmi les brebis ! De quoi regretter directement cette petite pointe de jalousie féminine ! Non, je n'ai absolument pas envie d'être elle ! C'est la fille la plus moche de l'intérieur lol !

Les discussions allaient bon train, et à cet âge-là, quand on a la beauté pour soi, on ne parle que d'une chose, les garçons. Chacune parlait de son expérience, de son ancien copain, de son nouveau, de sa vie affective et sexuelle... Ouh très personnel ! Et assez savoureux.

Le tour d'Alyssa est venu. Malheureusement les sons étaient masqués par la vitre, mais j'ai quand même pu gober l'essentiel...

« Il était trop chelou mon ancien mec, il avait besoin de boire pour avoir envie... Et franchement c'était pas un étalon ! Mais le pire c'est qu'il ne voulait pas qu'on aille chez lui, je suis jamais rentrée dans son appart', alors on le faisait dans ma chambre au dernier étage ! Pas top pour l'intimité ! Rien à voir avec Grégoire... »

Ah, Grégoire... le beau maître-nageur, celui qui m'a appris à nager, à prendre confiance et qui m'a sûrement amenée à ce miracle sportif au bac grâce à la natation. Son seul défaut est d'être sorti avec cette idiote ! Mais je crois que c'est lui qui l'a larguée... Il est presque parfait en fait !

Retour à celui qui l'est beaucoup moins. Cette petite révélation involontaire d'Alyssa en dit long sur ma bête noire... Ben oui, ça ne fait aucun doute, elle parle de Rémy qui à ma connaissance est passé juste après Grégoire. Et puis tout ça ressemble à ce que je connais : son rapport étrange à l'alcool, son rapport à la sexualité... Tout ça me ramène bien au même souvenir ! Finalement, celle qui en sait le plus sur lui, c'est ma pire ennemie. Peut-être devrais-je un jour en parler avec elle.

Mais surtout, ce que je retiens, c'est la volonté farouche de Rémy de protéger son appartement. Mon instinct m'y conduisait naturellement. Avec ce nouvel indice, j'en suis persuadée : c'est bien la clé du mystère !

Rémy cache sa vérité dans son bunker du 3ème étage, en face de chez moi.

Posté par sarah_ugly_fat à 19:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 mars 2015

SAMEDI 7 MARS 2015 11h25 : LE QUESTIONNEMENT

Ne croyez pas que j'ai mis cette mésaventure avec Rémy de côté... C'est tout l'inverse. Mais je ne m'épanche pas ou plus. Je m'interroge intérieurement et sans fin depuis ce jour. J'ai décortiqué tous ses mots, tous les bruits bizarres de cette nuit, ainsi que les moindres mouvements de son corps...

Je revis cet instant sans cesse... Mais ma mémoire reste défaillante... La peur m'a rendue inopérante ! Moi qui ai d'habitude une mémoire infaillible des conversations et des situations vécues (cf tout mon blog !!!)... Là j'ai comme une impression de trou noir. Il manque quelque chose...

Alors je cherche inlassablement dans ma tête un détail qui aurait pu m'échapper... en vain !

Juste avant de faire un pas dans le couloir du 3ème étage, j'ai eu la présence d'esprit d'appuyer sur la touche enregistrement de mon téléphone au cas où... il se passerait quelque chose de grave. Quelle bonne idée ! Sauf qu'il s'en est rendu compte. Je me retrouve aujourd'hui avec un cadavre de téléphone dont je ne sais pas quoi faire... David aurait pu peut-être me débloquer la mémoire ou un truc comme ça, mais nos relations ne sont pas au beau fixe ou plutôt sont inexistantes ! Je vais pas aller le voir rien que pour ça... Ça ferait vraiment trop fille « intéressée ». Et puis faut pas croire au Père Noël en mars... Je ne sais même pas si un enregistrement ça se fait dans le téléphone ou sur la carte sim... Mais bon, j'arrive pas à me résoudre à jeter le téléphone...

Alors, je reprends ses mots... enfin ce dont je me souviens...

« Tu crois que je t'ai pas vue en train de me mater par la fenêtre ?... »
Il sait que j'observe par ma fenêtre vers sa direction... Et visiblement je ne suis pas assez discrète ! Il sait qu'il m'obsède, qu'il me fait peur... Il sait que je sais où il habite et que je m'en doutais depuis longtemps. La pression monte. Ce soir-là, il n'est pas exclu qu'il m'ait vue l'observer en train de tituber. Je suis une très mauvaise espionne, pire j'étais sobre alors que lui était pompette !

« Tu veux me descendre auprès de tout le monde... »
Je vois pas pourquoi il dit ça puisque je n'ai parlé à personne de ce qui s'est passé il y a deux ans et demi. Et du coup j'ai très peu parlé de lui tout court autour de moi... Vous êtes mes seuls confidents. Mais mes amis ont deviné qu'il y avait un truc louche entre lui et moi...

« Si tu crois que je sais pas que tu racontes ta vie tous les jours à la Terre entière... »
C'est ce qui m'inquiète le plus. Il n'a pas tort. Mais c'est un récit numérique... Je crains vraiment qu'il ait découvert mon blog... Mais comment l'aurait-il trouvé ??? Vous comprenez alors un peu mieux mon silence de ces deux derniers mois. L'écriture est mon salut... l'écriture va-t-elle causer ma perte ??? Paola est bien tombée dessus un jour... Mais bon, elle avait déjà lu mon cahier pré-blog... alors ça pouvait la guider. À ma connaissance, personne de mon entourage ne connaît l'existence quotidienne de ce blog... Mon blog pourrait bien être mon talon d'Achille vis-à-vis de lui...

« Ça va être ta fête Sarah un de ces jours... »
Si c'est pas une menace ça... Une menace pleine de sous-entendus libidineux.

Quand je repense à son souffle chargé d'alcool... j'ai envie de vomir. Quand je pense que l'histoire se reproduit... Je comprends pourquoi j'ai un problème avec le rapprochement physique.

C'est un peu à cause de moi, un peu à cause des garçons.

Posté par sarah_ugly_fat à 11:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mars 2015

VENDREDI 6 MARS 2015 22H10 : LE TEMPS MORT


- MOI : Mais tu pars en vacances ?
- ASH : Non... non... je retourne chez ma mère quelques temps, elle a besoin de moi.
- MOI : Ah d'accord... C'est à cause de l'attentat ?
- ASH : Quel attentat ?

On était le 7 janvier, vers 18h30 et toute la France venait d'être ébranlée. Et mademoiselle Ashley ne savait rien.

Par contre pour sortir l'excuse totalement bidon de sa pauvre mère, Ash était bien là ! Bien sûr... Elle en avait surtout marre de moi !

Mais ce décalage entre sa petite humeur personnelle et le séisme qui étranglait la France ne m'a pas fait regretter son départ sur le coup.

J'avais besoin de me connecter à la France et seule. Tout l'à-côté, même Rémy, m'a alors paru bien dérisoire.

En 5 jours je n'avais jamais autant consommé d'info TV et Internet de toute ma vie.

C'était comme un feuilleton dramatique avec ce besoin irrépressible de vérifier en permanence s'il y avait du neuf et cette envie de partager une émotion avec un peuple sans parasite autour de moi.

Mais je crois que cette addiction aussi soudaine qu'ininterrompue a fini par être un peu malsaine. J'avais besoin qu'il se passe quelque chose, et quand il ne se passait rien, j'étais frustrée. C'est un sentiment terrible, sûrement un manque à combler. Comme un journaliste vorace en manque de scoop !!!

Je n'ai donc pas immédiatement senti la solitude de mon foyer déserté. La télévision, le peuple dans la rue, tout ça me suffisait.

Le jour du grand défilé parisien, je suis restée devant la télé au cœur de l'événement pendant que mes anciens amis étaient sûrement en train de piétiner la Place de la République.

Alors que la vie reprenait son cours dès le lundi, je ne pouvais rater aucun épisode à la télé : les enterrements, les cérémonies, les discours funéraires, les reportages, les explications, les résumés... Rien ! J'ai même séché la fac !

Sûrement animée par une petite flamme voyeuse mais respectueuse.

Puis en fin de semaine, je suis allée sur les lieux du drame où il y avait encore des gens qui se recueillaient, et des autels de fleurs et des mots balayés par la pluie et le vent...

Je ne me suis pas connectée à mon blog pendant au moins 2 semaines... J'avais un peu honte de la légèreté ma petite histoire par rapport à la grande...

Mais le sentiment « d'union nationale » s'est vite estompé et mes vieux démons sont revenus...

Pour rassurer mes blogués, puis pour voir quel effet ça me ferait, j'ai posté un petit message le 19 janvier...

J'ai réalisé que mon silence, ça me faisait surtout du mal à moi.

Posté par sarah_ugly_fat à 22:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]