01 décembre 2015

MARDI 1ER DÉCEMBRE 2015 23H55 : LA MINUTE DE SILENCE (2/2)

« Putain je l'ai lu sur twitter, c'est le Président Hollande qui va être là... là pile devant nous à 3 mètres... j'y crois pas... non mais j'y crois pas... mais non ils vont pas me voir, on va pas me voir, je suis trop dègue... Et t'as vu ce qu'ils vont voir ? »

La fille derrière moi dans la foule commençait à faire une fixette. Elle parlait suffisamment fort pour que je l'entende...

Je me retourne à un moment, trop curieuse de voir sa tronche. Malheur à moi, je pense qu'elle avait plus envie de me voir que moi de la découvrir, et je lui ai offert cette récompense sur un plateau...

Résultat, elle sourit... mais jaune ! Et elle détourne le regard... Je remets ma tête dans le bon axe. Mais ce n'est pas fini...

J'entends des ricanements... Et je trouve ça totalement indécent ! Déconnecté de l'instant et de la réalité. Elle me gâche ce moment de recueillement.

Là je reçois un sms de Ash... : « Impression de te voir à la tv, possible ? »

Puis un deuxième... : « on voi pa b1 mé L é abié com toi ! »

Il me faut bien une minute avant de décoder ce sms de djeuns...

Puis je suis prise de panique. Je vais passer à la télé, tout le monde va voir une verrue sur l'écran qui va les déconcentrer comme cette idiote derrière moi qui n'arrête pas de ricaner en riant sur mon dos, au sens figuré comme au sens propre.

Je finis par craquer... Et je me retourne une deuxième fois vers l'idiote du jour...
- MOI : Bon ben vas-y prends la place...
- IDIOTE : En quel honneur ?
- MOI : Je me sens pas trop bien... Faudrait pas que je me sente mal quand IL sera là...
- IDIOTE : Top...
- AMI DE L'IDIOTE : T'as vraiment envie qu'elle te vomisse dessus ? Elle est toute verte...

Elle s'est réjouie sans scrupule de l'échange de place au point de me rendre vraiment malade...

Il n'y a pas à dire ma bonne dame : les grands drames profitent toujours à certains...

Au moins, mon absence médiatique et celle de ma tronche « verte » auront au moins évité de rajouter au drame. Mais je ne suis pas sûre que l'idiote qui a pris ma place ait été à la hauteur de l'instant non plus...

Ash : « dslé me sui trompé je te voi pa fos alert». Faut qu'elle arrête son langage sms c'est plus de son âge.

David : « Je t'ai cherchée, en vain, j'aurais voulu partager cette minute de silence avec toi en te voyant à la télé. À ce soir. »

Ben oui, j'étais déjà aux toilettes en train de faire pipi... Voilà où j'ai passé ma minute de silence... Mais chuuuuuutttt, c'est vraiment trop la honte.

Posté par sarah_ugly_fat à 23:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]


29 novembre 2015

DIMANCHE 29 NOVEMBRE 2015 20H55 : LA MINUTE DE SILENCE (1/2)

Ça m'a démangé de raconter ça le jour même. Mais personne n'avait envie de rire ce jour-là. Ni moi, ni vous.

Pourtant certains n'ont pas perdu le sens de la célébrité ce jour-là.

C'était le lundi 16 novembre en fin de matinée. À la Sorbonne, tous les cours ont été annulés, et les étudiants réquisitionnés. Je pense que vous devez vous souvenir pourquoi.

Il a fallu montrer patte blanche, être fouillée, passer sous puis sur une pelle à tarte géante. Avant d'être organisés en longue file puis en boucle...

On ne savait pas trop ce qu'on voulait faire de nous, on annonçait la maire de Paris... puis un ministre... puis le 1er. Puis des caméras perchées sont arrivées... Puis la rumeur a commencé a bruisser que devant moi à 3 mètres devait venir se recueillir le Président Hollande !!! Devant toutes les chaînes de télé du monde entier.

Sauf que j'étais au 1er rang, mal coiffée, mal habillée, toute cernée par des nuits d'insomnie. Et pourtant la France entière, non le Monde entier, allait se recueillir devant ma tronche mal famée !!! De quoi lui donner encore plus envie de pleurer !!!

« C'est bizarre, t'es toute rouge ! T'as des taches partout ! » a fini par me dire une fille qui était juste derrière moi.

Ben oui quand je stresse, j'ai des plaques. J'ai pas relevé.

« T'es en train de faire un malaise ? » Ben non pourtant... j'étais prête à pleurer avec la France et devant des millions de gens.

Pipi. Oui pipi. Comme à chaque fois qu'il se passe quelque chose qui me dépasse... Mais je me suis dit qu'elle pourrait attendre cette fainéante de vessie !!! Pour une fois.

Pourtant d'autres n'étaient pas prêts à attendre...

Posté par sarah_ugly_fat à 20:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 novembre 2015

SAMEDI 28 NOVEMBRE 2015 18H15 : ET LA 5ÈME RÈSOLUTION ?

J'ai pleuré, comme une madeleine imbibée de coca, devant un téléfilm de Noël cet après-midi. Je n'ai pas pu m'en empêcher... Et tous mes colocataires se sont généreusement moqués de mon extrême sensibilité... en m'accusant de sensiblerie !!! Ben oui ce n'est pas la même chose... Bon, je suis la seule à connaître ce terme !!! Mais c'était bien le sens des critiques...

Toute cette émotion larmoyante lâchée sauvagement après plusieurs semaines de réserve, ça m'a convaincue de ranger mon silence national endeuillé au placard. Non mais ! J'avais des scrupules... je l'avoue. Comment raconter sa petite histoire alors que la Grande se déroule en direct devant nos yeux ?

C'est vrai, je suis restée hypnotisée par toutes ces personnes disparues, leurs portraits, leurs familles. Paralysée par ces images poignantes et jamais vues, à seulement 3 km de chez moi.

Je cherche à décrypter ce que dit mon cœur. Ce n'est pas la peur qui l'emporte, non, ni la colère... mais l'incompréhension. Parfois j'aimerais être dans la tête du tueur... des tueurs. J'entends dire ici et là qu'ils sont fous... Je n'en suis pas sûre... Est-ce qu'ils n'ont pas eu la bêtise de penser qu'ils faisaient un truc juste ou au moins un truc grand ? Pour le coup, dans le genre énorme qu'on ne pourra jamais oublier, ils ont réussi leur coup.

Au détour d'un jogging partagé avec David, le destin nous a emmenés sur les lieux du drame. Tant d'autres personnes cherchent en vain sur place un sens... Nous aussi.

J'ai tant de retard sur le récit de ma vie désormais. Il y a eu des hauts, des bas, des blancs. Mais ces événements qui nous ont un peu tous ébranlés ont accéléré le rythme de la vie en réveillant des graines depuis longtemps semées et profondément enfouies.
Je me suis arrêtée à ma 4ème résolution il y a quelques semaines... Il y en a eu d'autres depuis. Elles ne demandent plus qu'à se transformer en post !

Mes épreuves de rattrapage de fin septembre du rattrapage de début juillet ont eu lieu dans la douleur. C'est passé mais tout juste... et j'ai été prise d'une énorme angoisse, celle de me retrouver dans un vide absolu de direction. J'ai pris conscience qu'il fallait que je travaille un peu plus pour être plus sereine. Certes cette direction littéraire n'a pas grand sens pour moi pour le moment, mais elle comble un angoissant vide en attendant de trouver mieux. J'ai donc pris la résolution de mieux m'organiser. J'ai même rêvé du Proviseur de mon ancien lycée qui m'enguirlandait dans un songe tordu avant de m'envoyer au coin devant une bande d'enfants de 5 ans !

Je pense être revenue sur des rails après une année très chaotique. Je réalise à quel point Rémy m'a bouffé la vie. Mais le mal est exorcisé, complètement. Je suis beaucoup plus légère (au sens figuré seulement ! Bouh je l'ai déjà faite celle-là). Mais une fois cette étape dépassée, la nature humaine nous pousse à en désirer et en dépasser d'autres. Et le chantier de ma vie me semble un peu décourageant : je suis en bas sur un terrain vague pourri et je dois construire un gratte-ciel. Ce gratte-ciel est truffé de contradictions entre ambition et résignation.

Toute cette violence et tous ces morts ne font que confirmer que la vie peut se révéler courte et qu'il ne faut pas oublier de vivre sa vie même si la rêver est très, trop confortable.

C'est peut-être la 5ème résolution de cette rentrée qui est déjà bien entamée : « La vie des autres d'envier tu arrêteras, et la tienne tu vivras ! »

Allez au boulot !

Posté par sarah_ugly_fat à 18:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2015

SAMEDI 14 NOVEMBRE 2015 0h15

Mes chers blogués...

Tout va bien, et ils sont tous là avec moi devant la TV. Ash, David, Cristal, Tina et Fatima. Ils sont tous là sains et saufs. Nous attendions avec impatience la finale de Secret Story 9... Plus aucun intérêt.

La tristesse et l'effroi s'emparent de nous.

Posté par sarah_ugly_fat à 00:15 - Commentaires [5] - Permalien [#]

19 octobre 2015

LUNDI 19 OCTOBRE 2015 11H10 : 4ÈME RÉSOLUTION

- MOI : Je reste...
- DAVID : Mais t'es folle !
- CRISTAL : Mais non, c'est une super idée... Ça fait du bien de se retrouver avec soi-même de temps en temps...
- DAVID : Et le billet de train ? Et ton rattrapage ? Mais qu'est-ce qui te pousse à rester ?
- CRISTAL : Elle en a marre de nous lol ! Mais laisse-la donc respirer.

David avait l'air inquiet ou mécontent, au choix... mais pas Cristal ! C'est bien fait pour lui, il n'avait qu'à pas me mettre au rebut depuis l'arrivée de sa tourterelle.

Quel soulagement ! Et surtout quel espoir... Tout dans cette photo ! Je l'ai imprimée à l'accueil du camping le matin même. Je me suis acheté un ticket de bus valable toute la journée et je suis repartie en chasse...

C'est bizarre, les hôtesses d'accueil des maisons de retraite ont toujours voulu savoir qui j'étais : « sa petite-fille ? », « sa petite nièce ? », « la police ? », « un détective privé ? », « une héritière ? »... Mmmhhhh... Peut-être un futur projet professionnel ??? Oui, héritière rentière, voilà un bel avenir.

Je suis passée d'un enthousiasme débordant à un désespoir paralysant. Et ma photo commençait à se corner et à s'effacer sur mes doigts... : la pauvre Mamie ne ressemblait plus à rien.

De plus mon champ géographique restait limité avec le bus du coin ! Mais pourquoi trop s'éloigner alors que la carte postale représente le port de Saint-Raphaël... Les Vieux, on ne les envoie pas se balader à 30 km... non ? À moins qu'un membre de sa famille l'ait baladée tout particulièrement... C'est peut-être dans ce cadre qu'elle aurait pu poster cette carte en toute discrétion.

Mais alors comment faire ??? Je me suis alors dit que cette exploration à l'aveugle des maisons de retraite n'était peut-être pas la bonne façon d'enquêter... Quantité vs qualité...

Parallèlement, l'horloge tournait, et je ne voulais pas rater mon « rattrapage de rattrapage »... Hé oui, le pseudo-kidnapping de Rémi m'a non seulement fait perdre mon boulot à Teenie qui certes ne me rapportait rien, mais m'a aussi mise en difficulté avec la fac... Car pendant que je devenais folle dans cet appartement de mousse isolante, mon épreuve de rattrapage (un UV ratée) avait lieu ! Heureusement que la fac a été compréhensive... Mais c'était ma dernière chance.

Mi-septembre, je me suis résolue à réserver mon billet de train final pour un retour en fin de soirée. Avec un bilan difficile à avaler. Trois semaines sur place... mais une semaine d'espoir seulement, puis une semaine de résignation, puis une semaine d'entêtement stérile.

J'ai alors partagé une chaleureuse discussion d'adieu vers 17h avec le patron du camping...
- PATRON : Tu nous quittes avec la saison ! On n'aura quasiment plus personne demain soir...
- MOI : Je fais pas exprès...
- PATRON : Ça m'a bien fait plaisir de vous revoir David et toi... Je pensais que vous finiriez ensemble...
- MOI : On n'est pas trop compatibles... Je fais trois fois son poids !!!
- PATRON : Oh mais ça veut rien dire ça... C'est pas une bonne excuse... Regarde ma femme, elle est toute mince, elle adore s'accrocher à ma petite bouée...

Je régurgite, sûrement un réflexe pavlovien lié à la conversation. Il enchaîne...

- PATRON : T'as trouvé ce que tu voulais... ?
- MOI : Non... C'était peut-être pas une bonne idée.
- PATRON : Sympa pour moi...
- MOI : Mais non... J'ai plein de souvenirs ici...
- PATRON : T'étais une bonne salve de saisonniers avec David... Si vous voulez revenir un jour... En toute légalité cette fois-ci hein !

Au moins je sais que j'ai un travail qui m'attend quelque part... un avenir quoi ! Sauf qu'il aura lieu du 15 juin au 15 septembre.

- MOI : Bon bah je vous embrasse, merci pour tout, pour la 3ème semaine gratuite...
- PATRON : Bah c'était la moindre des choses avec ce lit à la con qui t'est tombé sur la gueule. Mon petit doigt me dit que t'es triste un peu... non ?
- MOI : Non ça va...
- PATRON : Tu sais le silence c'est plus bavard que des mots. Après c'est peut-être parce que tu me quittes... ou bien c'est parce que t'as pas trouvé ce que tu cherchais... ou bien c'est parce que la nouvelle copine de David, elle te plaît pas trop...

Mmmh quelle lucidité ! Sur les 3 sujets ?

Bizarrement, son bon sens sur le « silence » m'a fait cogiter un peu...

Durant mon enquête, j'ai trop fait attention au bruit... et pas au silence ! D'où cette résolution n°4...

« Le silence tu écouteras religieusement... »

Une résolution qui m'a ramenée dans une maison de retraite déjà visitée...

Posté par sarah_ugly_fat à 11:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]


17 octobre 2015

SAMEDI 17 OCTOBRE 2015 23H45 : 3ÈME RÉSOLUTION

Je me suis retrouvée vraiment seule dans cette enquête du jour au lendemain, David voulant profiter au maximum de ses derniers jours de vacances avec sa chérie.

Et j'ai alors fait face à un mur : mais pourquoi n'ai-je pris aucune photo de la Mamie... ? Pris, pas dans le sens « emmener avec moi » dans ce périple... Non, « pris » dans le sens « photographier »...

Je n'ai, certes, pas d'appareil photo. C'est sûrement un signe... Je ne dois pas aimer le passé, les souvenirs... C'est bien vrai ! Comme ma vie se révèle être un peu plus agréable de jour en jour, je suis résolument tournée vers l'avenir ! Et j'essaie d'oublier toute ma jeunesse... Mais je dois avouer qu'il m'est arrivé des choses bien lors de ma Terminale... et malheureusement il ne m'en reste aucune trace. La Mamie fait ainsi partie de ces bons souvenirs que j'ai oublié d'immortaliser.

Et cette année de Terminale s'est révélée plus riche et plus joyeuse que cette première année de fac. Je m'aperçois avec le recul qu'un pic de bonheur est derrière moi.

Sans photo, autant chercher une aiguille dans une botte de foin. J'ai fini par me décourager... Et par me résigner à tenir la chandelle tout en faisant la touriste avec les tourtereaux.

Plages bondées, arrêts de bus interminables, kebabs pas chers sur le port, dernières navettes à 19h, puces de sable, méduses, burgers par frais, sodas chimiques, soleil qui brûle, mistral qui fait tourner la tête, mobil-home exigu, matelas pneumatique bruyant, et soirée paëlla surgelée du camping... Au bout de trois jours j'étais comme une lionne en cage avec deux steaks-playmobils qu'elle s'apprêterait à dévorer tout crus.

Je me sentais de trop ! David montrait une certaine retenue, mais pas Cristal ! Comme si elle essayait de faire passer un message... Je vous en reparlerai bientôt car de l'eau a coulé sous les ponts depuis mon retour... Non ce n'est pas forcément ce que vous croyez.

Au bout des deux semaines, dont l'une à 1+1=1 puis l'autre à 2+1=2, nous avons décidé qu'il était temps de rentrer et nous avons réservé notre billet de train.

Lors de notre dernière soirée, pendant que Cristal prenait une douche longue et musicale, David a entamé une conversation directe...
- DAVID : Je suis désolé, tu sais...
- MOI : De quoi ?
- DAVID : Ben de pas avoir pu t'épauler cette deuxième semaine... T'es pas trop déçue ?
- MOI : De toi ? Mais non pourquoi... ?
- DAVID : Je voulais pas dire ça...

Oups, j'ai dû trahir ma pensée, non ?

- DAVID : Non, je veux dire, déçue de pas avoir eu des réponses pour la Mamie...
- MOI : Peut-être que Rémy a mal entendu...
- DAVID : Peut-être qu'il t'a menée en bateau !
- MOI : Pour quoi faire ?
- DAVID : Il a bien joué avec tes nerfs pendant 1 an...
- MOI : C'est de ma faute, j'aurais dû prendre une photo. Je suis venue ici pour passer mon temps au téléphone... Bon je suis allée dans quelques maisons de retraite, mais pfff... J'aurais pu faire tout ça de Paris.
- DAVID : Une photo... De quelle photo tu parles ?
- MOI : J'ai pas de photo de la Mamie...
- DAVID : Ben si...
- MOI : Ben non...
-DAVID : Ben si... Quand j'ai réussi à réparer la mémoire de ton téléphone bousillé, tu sais, j'ai retrouvé l'enregistrement de Rémy que tu avais fait le soir du 31...
- MOI : Et ?
- DAVID : J'ai fouiné dans tous les dossiers, « sons » mais aussi « images »...
- MOI : T'as vu une photo de la Mamie ??? Je m'en souviens pas...
- DAVID : Si j'en suis sûr, c'est un peu de travers je crois mais on la voit bien...
- MOI : Mais où elle est cette photo maintenant ?
- DAVID : Ben j'ai tout mis sur une clé usb, celle que je t'ai donnée en juillet... Tu te souviens ?
- MOI : Je l'ai pas regardée... Je suis trop conne...
- DAVID : Ah mince... Attends, j'y pense... Quand j'ai réparé ta mémoire, j'étais chez un copain qui a un fer à souder. Mais on n'avait pas de clé à ce moment-là. Alors j'ai tout mis sur mon One Drive en attendant...
- MOI : Ton « ouane » quoi ?
- DAVID : Mon Cloud quoi !
- MOI : Ton « claoude » ? C'est quoi ?
- DAVID : Mais enfin Sarah ? Tu sais pas ce que c'est qu'un cloud ? C'est un espace perso de stockage de données en ligne...
- CRISTAL, sortant de la douche et visiblement bien au fait de la conversation prise en route : Tu me fais rire Sarah...

Un peu d'ironie dans la bouche de Sainte Cristal ? J'ai depuis rattrapé mon retard sur le sujet des Clouds !

Dans le cloud de David, nous avons retrouvé des photos... des photos floues de pouces mal placés, des photos noires en plein jour, des photos de mouvement complètement figé... et au milieu de tous ces ratés artistiques... un selfie... de la Mamie ! Incroyable !

Ma gorge s'est nouée. La revoir comme ça avec le sourire en train de me laisser un souvenir dans mon téléphone. Puis une deuxième photo du Chien...

Je ne les ai jamais vues avant, ces photos. A-t-elle voulu me laisser un souvenir ? Une trace de ces magnifiques semaines passées ensemble, Elle, moi, et le Chien ? Encore un clin d'œil de sa part. Elle savait déceler un moment de bonheur, elle... Et elle avait la sagesse d'en garder une petite empreinte...

Je n'en ai pas dormi. Je me suis fait la promesse de ne pas oublier cette nouvelle résolution : « Le passé tu accepteras et ses plus beaux moments tu chériras... »

Et une autre plus radicale prise le matin même du départ !

Posté par sarah_ugly_fat à 23:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2015

JEUDI 15 OCTOBRE 2015 20H05 : 2ÈME RÉSOLUTION

L'arrivée de Cristal a complètement redistribué les cartes. Elle a un visage d'ange, et elle est hyper mince... Tout le contraire de moi quoi ! Quand je vois ça, je me demande encore pourquoi il s'est intéressé un jour à moi.

La rupture a été immédiate...

En effet, David et moi étions dans un mobil-home 4 places pour une famille... à savoir une chambre adulte avec un lit de 140 cm... et deux lits superposés pour les enfants à côté des toilettes. La répartition des lits a été évidente à notre arrivée !!!

David et moi dans le même lit... et un peu collés ! Bon, je vais pas le nier en plus, j'adore dormir à côté de lui, je sais pas pourquoi. J'essaierai un jour de comprendre ça chez un psy.

Donc là, Cristal, ça a été double punition... Adieu le lit de 140, collée à mon ami... et bonjour les lits superposés pour les juniors !

David n'a même pas eu besoin d'aborder ce sujet délicat : j'ai enlevé mes affaires de la chambre, 5 minutes après l'arrivée de Cristal. Et discrètement : je ne peux oublier les conséquences de notre rapprochement qui avait eu lieu en juillet 2014. David avait en effet fini par rompre avec sa petite amie de l'époque à cause de moi ou de nous... Enfin bref ! Pas de deuxième fois, Sarah !

Cristal n'a visiblement pas remarqué mon déménagement, tant mieux. Une heure après les retrouvailles, Cristal était fatiguée (en résumé j'étais déjà de trop) et ils ont fini par me laisser seule avec moi-même et mon lit superposé !

J'ai alors hésité entre le matelas du haut (la tête collée au plafond et à 10 mètres au dessus du sol) et celui du bas (la tête collée aux lattes du haut à 10 centimètres du sol sans place pour s'asseoir)...

Heureusement, dans la chambre des adultes, j'ai pas entendu de bruit suspect ce soir-là, non mais ! C'est moi qui ai fini par le faire, le bruit suspect...

À l'aube, je me suis levée pour aller au toilettes. Au moment de me recoucher... enfin de m'asseoir sur le matelas du bas (mon choix n°2 après avoir changé en cours de nuit)... le lit s'est effondré ! Littéralement !

J'ai d'abord entendu un craquement sous mon popotin, puis mon étage inférieur est tombé au sol... Je me suis dégagée juste à temps. Car l'étage supérieur est tombé dans la foulée sur l'étage inférieur. En 10 secondes, le lit de fortune en bois s'est transformé en amas de planches et de lattes.

Le couple est alors sorti de sa tanière, et ils ont explosé de rire avant de retourner se coucher. J'ai simplement entendu une petite remarque de Cristal : « Elle est trop drôle ta copine, je vais l'adorer... »

Quelle honte quand même !

Quand il a fallu prévenir et faire venir le proprio, j'étais penaude et complètement désespérée !
- MOI : J'ai tout cassé... Je suis trop lourde... Voilà, le résultat...
- LE PROPRIO : Oh mon Dieu ! Quelle horreur !!!
- MOI : Je suis tellement désolée ! Je vais vous rembourser...
- LE PROPRIO : Me rembourser ? Mais tu rêves... Dire que ça aurait pu arriver sur des vrais clients ! Ouf ! Je vais dire à mon technicien de vérifier tous les lits superposés... Imagine si c'était tombé sur des gens... Un procès, tout ça...

Mmmh, j'ai d'abord été rassurée de sa réaction... mais je ne sais pas si au final c'est très valorisant pour moi !!!

Décidément, j'aurais toujours une place à part dans le Monde.

Résolution n°2 : « La grosse dondon de service tu es et resteras, ton statut tu n'oublieras point »

Pendant ce temps-là, mes journées restaient studieuses, tournées vers la raison première de ma présence dans le Sud : pendue au téléphone à la recherche de Gina Rinaldi, la Mamie...

Une enquête bien vaine, car on peut imaginer que la Mamie ait été inscrite sous un faux nom, ou son vrai nom avec « Antonella » dedans... Plein de possibilités !

Quelle mauvaise détective alors qui vient chercher quelqu'un sans avoir de photos à sa disposition. Lamentable !

Posté par sarah_ugly_fat à 20:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2015

MARDI 13 OCTOBRE 2015 18H10 : RÉSOLUTION N°1

Oh ça me fait chaud au cœur de vous retrouver mes chers blogués. 1 mois et demi de silence !

Allez, c'est parti. Tout remonte au 21 août...

Nous sommes arrivés tard dans le Sud avec David ce soir-là... Mais David le valeureux avait tout prévu. Notre ancien patron de camping nous attendait... Oui, oui celui qui nous a embauchés au black lors de l'été 2013. Un moment de folie et d'insouciance où nous fuyions, David et moi la violence de nos vies parisiennes... Un été où il fuyait son père et moi les Vieux... : cf post du MARDI 3 SEPTEMBRE 18h25 2013 : VOGUER SUR LES FLOTS BLEUS

Dire qu'à l'époque je croyais que je finirais en prison après la chute sanguinolente de la Vieille dans l'escalier. Je repense avec émotion et presque nostalgie à cette cavale aussi palpitante qu'inutile.

J'étais dans cet état lors de notre grand retour au camping. Le patron nous a reçus à bras ouverts : « Je suis rassuré mes grands, je croyais que vous croupissiez en taule pour je ne sais quelle raison... »

Il nous a conduits à un emplacement très familier, plein de bons souvenirs... : « Bon c'est presque pareil sauf que j'ai refait les mobil-homes... Faut bien se refaire une beauté de temps en temps... Pour vous ça sera moitié prix, la saison est déjà en train de se terminer ! »

C'est là que j'ai compris qu'on avait pris deux ans ! Payer le train, payer le camping, voilà un grand changement 2 années plus tard... Le début de la sagesse sans doute !

Dès le lendemain je commençais mon enquête en recensant toutes les maisons de retraite du département, et en particulier celles de Saint-Raphaël...

Ah, je voudrais tant respirer à nouveau cet air pur de l'espoir, de l'élan, de l'optimisme à tous crins qui me donnait des ailes cette première semaine. Un sentiment renforcé par la complicité partagée avec mon vieil ami.

Je crois que notre amitié s'est scellée lors de cet été 2013 et ce pèlerinage est venu à point nommé nous rappeler toutes les tempêtes, toutes les joies partagées rien que tous les deux.

Mais la vraie vie a fini par nous rattraper... Mes recherches étaient vaines et commençaient à sentir le sapin (oups bad joke)... Et un 3ème larron que j'avais oublié (voire occulté inconsciemment) est venu mettre son grain de sel pimenté.

Cristal, la nouvelle petite amie officielle. Grrrr... Oui, j'avais complètement oublié qu'elle existait celle-là et surtout qu'elle devait nous rejoindre. Quand David et moi avons fondé ce projet de voyage, il m'avait annoncé qu'on serait 3... Mais le soir du départ, elle n'était pas au rendez-vous : « Elle a pas pu se libérer aussi facilement, elle nous rejoindra quand elle pourra. C'est con. Vous allez vous adorer c'est sûr. »

J'ai alors poussé un grand ouf de soulagement et elle est sortie de mon cerveau jusqu'à ce vendredi à J+7 où elle a fait irruption en plein milieu du barbecue. Ils se sont jetés dans les bras l'un de l'autre.

À partir de là, j'ai pu écrire et me répéter chaque jour ma résolution n°1 :

« La chandelle en toute occasion et à n'importe quel prix tu ne tiendras point ! »

Une résolution qui en appelle beaucoup d'autres.

Posté par sarah_ugly_fat à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2015

LUNDI 12 OCTOBRE 2015 22H55 : LA GRÈVE !!!

Ni drame intense, ni joie euphorique ! Mais une simple déception, après un acharnement sans faille qui a failli me coûter un ami...

C'est cette déception qui m'a conduite à cette « grève » du blog. Certes, je n'ai pas arraché ma propre chemise en guise de protestation envers moi-même... Je dirais plutôt un doigt d'honneur au destin qui m'a pourtant pas mal gâtée ces 3 dernières années...

Mais là, il a été aux abonnés absents.

J'avoue... Quand Rémi m'a fait part de cette révélation, j'y ai tellement cru que la fin était déjà écrite dans ma tête. Je me voyais revenir triomphante dans le quartier en LA tenant par la main. Je n'avais plus qu'à dater et à mettre un titre.

Il faut dire qu'une petite flamme s'agitait toujours en moi depuis cette carte postale... Une carte postale qui comportait un indice... de taille ! La couleur des cheveux de Sharon dans les Feux de l'Amour !!!

Ben oui, vous aurez deviné sans doute, quel être cher je rêvais de retrouver là-bas dans le Sud...

Il faut que vous relisiez ces 3 posts : MARDI 18 NOVEMBRE 2014 21H45 : LA CARTE POSTALE puis MERCREDI 19 NOVEMBRE 2014 18H45 : L'APRÈS puis SAMEDI 29 NOVEMBRE 2014 11H25 : LES CHEVEUX DE SHARON...

Mais rien ne s'est passé comme prévu. Ou plutôt rien ne s'est passé tout court.

Quelle idiote ! La vie n'est pas un feuilleton où les vivants ressuscitent à tour de bras après... un changement de visage, un enlèvement pendant 3 ans, l'arrivée d'un jumeau caché maléfique et un changement de comédien !

Je suis revenue avec aucune certitude... mais beaucoup de résolutions pour cette nouvelle saison...

Laissez-moi vous en faire part...

Posté par sarah_ugly_fat à 22:55 - Commentaires [3] - Permalien [#]

21 août 2015

VENDREDI 21 AOÛT 2015 17H50 : DÉPART À 18H19 QUAI 12

Me voilà un jour plus tard à la Gare de Lyon, 30 minutes avant le départ du train...

Il y a une heure environ David a trouvé des billets d'occasion sur Internet, des Prem's pas chers du tout alors que chaque aller est à plus de 100€ en ce moment.
- DAVID : On part ce soir !!! J'ai trouvé des billets...
- MOI : C'est génial... Ça va nous rappeler des souvenirs...
- DAVID : Oui presque...
- MOI : Presque ? Pourquoi ? On va au même endroit !
- DAVID : Ben on sera 3...

Et voilà la mauvaise nouvelle, je vais tenir la chandelle. Car ce n'est pas Ash qui nous accompagne... C'est sa nouvelle copine ! Et elle a un prénom insupportable... Cristal !

Mais ce voyage dans le Sud est avant tout un vrai pas vers mon destin... Car mon entrevue avec Rémy m'a offert un rebondissement inattendu. Sauf qu'avec lui on ne sait jamais si on mange du lard ou du cochon.

Cette entrevue a été empreinte d'émotion dans un cadre presque normal... Puisqu'on était dans le bureau du commandant de police. Pas de prison, pas de parloir.

Rémy avait l'air fatigué, son regard m'a tout de suite demandé pardon. Sans parasite. Cette sincérité brutale m'a un peu déstabilisée, je ne savais pas où mettre les yeux. Le Commandant est resté quelques instants pour tâter un peu l'ambiance... Et puis il s'est éloigné discrètement... Rémy a entamé la conversation avec de grands yeux rédempteurs...
- RÉMY : Le flic, il m'a dit que tu m'avais pas enfoncé... Il m'a dit que si j'évitais la prison, ça serait grâce à toi... Je suis désolé... J'ai jamais voulu que ça se finisse comme ça... Je savais que je devais brusquer les choses pour les dépasser... Tu comprends ?
- MOI : C'est fini maintenant...
- RÉMY : Non ça je veux pas... Promets-moi qu'on gardera contact.

Il me sort cette supplication avec les larmes aux yeux et me bouleverse...
- MOI : Ne me demande pas trop...
- RÉMY : On est comme un frère et une sœur... Et Madame Rondin c'était comme notre vieille tante... Nos parents nous ont lâchement abandonnés... J'ai plus que toi...

Heureusement que je n'ai pas que lui. Je casse le moment mélodramatique.
- MOI : Tu voulais me voir... ?
- RÉMY : Je voulais t'avouer quelque chose à ce moment-là... Et puis ça s'est mal terminé. J'étais à la pharmacie pour toi... Et voilà, la police était là pour moi. Tout ça à cause de ton pote là... Il a tout gâché ce con !
- MOI : C'est ça que tu voulais me dire ?
- RÉMY : Tu te souviens que tu m'as fait craquer à un moment...
- MOI : Quand on était ensemble ? Je sais plus... Faut dire que j'étais pas nette... à cause de toi.
- RÉMY : Tu parlais d'en finir...

Ça m'est alors brutalement revenu. C'était au début de mon incarcération... : cf post L'AFFRONTEMENT - CHAPITRE I

Je l'avais menacé de me suicider... et il avait fondu en larmes. Je ne sais pas pourquoi il revient là-dessus.
- RÉMY : Parfois je me dis que c'est mon destin...
- MOI : C'est pour ça que t'as pleuré alors, ce jour-là ?
- RÉMY : Je t'ai jamais dit comment mes parents sont disparus...
- MOI : Un accident... Je sais plus.
- RÉMY : Non... Je mens parce que j'ai honte de ce qu'ils ont fait... C'était volontaire.

Cette révélation me fait trembler et me coupe le souffle. Je crois comprendre que ses parents ont commis le pire. Oui, c'est le pire abandon qui soit. Comment survivre à ça ? Je suis choquée.

- RÉMY : Des gens de ma famille éloignée m'avaient plus ou moins lâché le morceau... Mais quand j'ai lu mon dossier à ma majorité, j'en ai eu le cœur net... Des années d'espoir qu'on m'ait menti pour que tout soit vrai à la fin... C'est dégoûtant de faire ça à un enfant, c'est criminel de faire des gosses pour se tirer une balle ensuite....

Toute réponse me paraît alors futile. Cette horrible vérité lui donne tous les droits et toutes les excuses... Et me renvoie à mes propres doutes et questions. J'imagine que c'est le lot de tout orphelin... Mais Rémy n'en a plus, il a la pire réponse qui soit. Et il doit vivre avec ça. Son existence est par défaut vouée au drame. Ses parents égoïstes en ont donné le ton.

Je n'ai pas pu m'empêcher de le prendre dans mes bras... Un geste de paix.

« Merci d'avoir partagé ça avec moi », lui ai-je soufflé à l'oreille.

Comment imaginer que notre duo fait originellement de menace, de peur et de risques finirait ainsi. C'était donc ça sa vérité... Elle le concernait... et pas moi.

Alors comment en suis-je arrivée dans une gare 24 heures plus tard ???

Au moment où le commandant s'apprêtait à mettre fin à notre entrevue, Rémy a réclamé une petite minute supplémentaire...

« Je sais peut-être quelque chose qui pourrait t'intéresser. Je pensais te donner cette info si notre voyage à deux se passait bien, dans mon appartement. Ça s'est pas fini comme je pensais... Mais aujourd'hui je crois que tu me comprends... Peut-être c'est rien du tout, peut-être tu sais déjà, peut-être tu t'en fous... J'ai entendu cette conversation quand j'étais avec Alyssa... »

Ça tenait en une phrase, en 3 mots... De quoi remettre en cause mon programme calme de ces prochaines semaines.

Avec une résolution tranchée à la clé : le seul moyen d'en avoir le cœur net, c'est de se rendre sur place... Là où j'ai eu des nouvelles pour la dernière fois... Des nouvelles qui m'ont toujours laissé un doute... Un doute partagé avec mes blogués. Trop d'indices...

Nous dormirons dans le camping où nous avons passé l'été 2013 avec David... Revival ! Ou nostalgie ?

Un pèlerinage... Une enquête... Avec j'espère des retrouvailles... là-bas ou ailleurs.

Si Rémy dit vrai, c'est le plus beau des cadeaux qu'il me fait.

Alors je vous laisse mes blogués pour un long moment, le cœur serré. J'aurais trop de mal à vous raconter la suite si tout ça tombe à l'eau à la fin. C'est un voyage pour moi seule même si je tiendrai de temps en temps la chandelle...

La mort de Mme Rondin nous a rendus si tristes, Rémy et moi... Peut-être de tout ça renaîtra la vie...

Ces 3 mots vont me hanter durant les prochaines heures... voire les prochains jours. Pourvu que cette attente ne dure pas trop longtemps. Il n'y a rien de pire que les espoirs déçus. Croisez les doigts mes petits blogués...

« Elle est vivante... »

« Elle est vivante... »

« Elle est vivante... »

...

Posté par sarah_ugly_fat à 17:50 - Commentaires [5] - Permalien [#]